à Paris, une forte revalorisation du prix de recharge sur les bornes publiques

Chèque Senior Bellevue, à Paris, janvier 2016.

Les prix sont chauds et froids dans les bornes de recharge publiques. Du point de vue de l’augmentation – la plus étendue – du réseau parisien Bellevue s’est distingué en annonçant une forte révision le 2 janvier. Conjuguée à un changement de méthode de calcul (le prix ne sera plus basé exclusivement sur le temps de charge et pourra également inclure la quantité d’énergie consommée), cette augmentation révisée rend difficile la lecture de la priorité. Cependant, les utilisateurs commencent à mesurer. Certains affirment déjà en avoir vu près du double.

A lire aussi : Cet article est dédié à nos clients Voiture électrique : L’impossible modèle économique des bornes de recharge

Pour simplifier, une recharge de 40 kilowatts (kWh), de quoi parcourir en moyenne 250 kilomètres (km), coûtera entre 13 et 40 euros, selon que vous êtes abonné à Belib ou non et que vous disposez d’une connexion lente ou rapide. Terminal Dans le cadre le plus défavorable, le prix payé pour parcourir 100 km avec une voiture électrique semble ici un peu plus élevé que pour une voiture thermique de taille moyenne.

Lire Aussi :  Jeux vidéo : le géant américain Blizzard va se retirer de Chine - Économie

Géré par TotalEnergies, le réseau Belib, qui dispose d’un quasi-monopole dans la capitale, compte environ 2 300 bornes de recharge. Pour cette partie, le réseau Ouest Charge, qui couvre une partie de la Bretagne et des Pays de la Loire, va doubler le prix du kWh (de 0,22 à 0,49 euro) à partir du 20 janvier.

Univers impur et instable

Au contraire, certains opérateurs ont décidé de baisser leurs prix, comme Alego, qui propose désormais des charges comprises entre 0,60 euro et 0,69 euro le kWh, après avoir augmenté ses tarifs (jusqu’à 0,98 euro le kWh) à l’automne 2022. La création de correctifs permanents, tels que Tesla Superchargers, est ouverte au public (actuellement 0,60 € pour les propriétaires de modèles de marque, 0,70 € pour les autres, sous réserve d’un abonnement mensuel de 12,99 €).

D’autres, au final, considèrent qu’il ne faut rien changer. C’est le cas du réseau Ionity (fondé par Volkswagen, Mercedes, BMW, Ford et des marques sud-coréennes), disponible sur les autoroutes. Les prix de son concurrent néerlandais Fastend sont également restés stables, alors qu’ils ont fortement fluctué en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique.

Lire Aussi :  EN IMAGES. Le chantier du nouveau de dojo au parc des sports de Château-Gontier se dévoile au public
A lire aussi Cet article est dédié à nos clients Voitures électriques : le défi du développement des réseaux de recharge

La décision d’un nombre croissant de distributeurs d’intégrer les différentiels de prix, ainsi que les heures creuses et les heures pleines, contribue à introduire encore plus de complexité dans le maquis tarifaire des bornes de recharge, un univers à la fois opaque et volatil.

Effet d’inhibition pour véhicule électrique

De quoi inquiéter les conducteurs de voitures électriques, qui s’interrogent sur l’effet négatif que pourrait avoir la hausse annoncée du coût de la recharge publique, alors que les prix des carburants le seraient à la place. “Une forte augmentation des kilowattheures aura peu d’effet sur le marché de la recharge, très sensible aux effets prix, mais elle pourrait avoir des conséquences négatives sur l’intention d’achat de voitures.”prévient Pierre Courjean, directeur de Faststand France.

Lire Aussi :  Economie. Le fabricant de pneus Michelin prévoit de supprimer 451 postes en 2023
A lire aussi Cet article est dédié à nos clients La politique européenne d’installation de bornes de recharge électrique est jugée très insuffisante

“L’électricité reste la source d’énergie la moins chère pour les voitures, malgré la hausse des prix”Cependant, selon Lucie Matera, secrétaire générale de ChargeUp, une organisation qui intègre l’infrastructure de recharge en Europe. Le bouclier tarifaire mis en place en France, s’il réduit l’attractivité des réseaux publics, contribue à réduire les effets de l’inflation du kilowatt. Selon le tarif appliqué actuellement aux particuliers, on peut estimer que le transport de 40 kW de leur domicile vers leur “watcher” équivaut, selon la tranche horaire et le type d’abonnement, à 4 Pour coûter entre 8 euros et 8 euros.

Enfin, pour les “électromobilistes”, la solution reste de se connecter à une borne de recharge gratuite. Sur les quelque 78 000 bornes publiques en France, il en existe 6 233, installées pour la plupart par les collectivités locales. Il n’est pas certain que leur nombre augmente dans les mois à venir.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button