Au Brésil, les étranges agissements des soutiens les plus radicaux de Bolsonaro

Lors d'une manifestation contre les résultats de l'élection présidentielle du 30 octobre 2022, devant une base militaire à Sao Paulo (Brésil), le 3 novembre 2022.

PAPIER RIO DE JANEIRO

Le chantier est prévu pour le 20 novembre. La nuit est tombée sur la ville de Porto Alegre, la capitale de l’État du Rio Grande do Sul au Brésil. Dans le centre historique, près du commandement militaire régional, un petit nombre de manifestants d’extrême droite, vêtus de maillots de la Seleçao (équipe de football), continuent de manifester contre les résultats de l’élection présidentielle du 30 octobre, qui a vu Jair Bolsonaro perdre le vote à Luiz Inacio Lula da Silva. Tous pleurent pour un “Intervention Fédérale”. Comprendre : putsch militaire.

Alors, du coup, les voilà qui adoptent caractère attrayant. Les bolsonaristes mettent leurs téléphones portables sur la tête, allument la lampe de poche et la pointent vers le ciel. Chacun passe la main devant le jet de lumière, comme s’il envoyait un SOS aux étoiles et aux habitants lointains. “Les mecs, (…) ces putschistes demandent de l’aide extraterrestre”commente, confus, le photographe Marcelo Nunes, qui a posté une vidéo des manifestants sur Facebook.

Lire Aussi :  Metavisio (Thomson Computing) lance une levée de fonds d'environ 3,8 ME afin de financer l'accélération de son développement à l'international

Cela est immédiatement devenu viral. C’est très grave si le message éclairé des manifestants s’adressait effectivement aux généraux du commandement militaire de Porto Alegre : “SOS à Marie”“L’appel ET” sont venus éclaircir la situation psychologique, qu’ils jugent préoccupante pour certains, les partisans les plus radicaux de Jair Bolsonaro, qui n’ont pas encore quitté la rue depuis près d’un mois.

Lire Aussi :  un site qui a escroqué plus de 200 000 personnes démantelé dans une opération internationale
A lire aussi : Articles adaptés à nos clients Au Brésil, les partisans de Bolsonaro s’organisent contre les résultats de la présidentielle et ont fait le pari de l’armée : “Nous resterons, nous prendrons chaque jour”

Certains d’entre eux ont été tournés à Niteroi, près de Rio de Janeiro prier prie parfois Dieu s’agenouiller devant les bâtiments militaires. A Parana (Sud), d’autres personnes ont été vues en train de chanter l’hymne national devant lui une roue. Ailleurs, les bolsonariens se sont améliorés une marche militaire grotesque un fichier, commencé pièces merveilleuses se terminant par des séparations de goudron, ou même léché la photo du président sortant devant les caméras de télévision.

Lire Aussi :  Arrestation de la nièce du guide suprême, selon son frère

Attaques verbales et verbales

Ces séances de carnaval tournent autour des sujets les plus passionnants. A Belém (Amazonie), une manifestation en larmes s’est indignée que la police brésilienne soit “acheté” Le dirigeant irakien Saddam Hussein (décédé en 2006). Beaucoup ont célébré le festival avec enthousiasme Les fausses nouvelles ont été fermées Juge de police Alexandre de Moraes, fauve d’extrême droite et président de la Cour suprême électorale. Certains pensent également que Jair Bolsonaro pourrait facilement être remplacé par un sosie.

Vous avez 67,94% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux clients.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button