Avec Xi Jinping, la ″poutinisation″ du pouvoir en Chine | International | DW

Xi Jinping a remporté la présidence de la République populaire pour la troisième fois. Le 20e Congrès du Parti communiste chinois (PCC), qui a approuvé le maintien du chef de l’Etat, a été l’occasion pour Xi Jinping de placer ses alliés au sein du Comité permanent, le plus haut niveau du pouvoir.

Entretien avec Emmanuel Lincot, professeur à l’Institut catholique de Paris, psychologue et chercheur à l’IRIS

Il s’agit clairement d’un avertissement aux États-Unis et à l’Occident concernant la question de Taiwan, mais aussi concernant le différend sur la mer de Chine méridionale. C’est vraiment les deux points qui collent ensemble.

Lire Aussi :  "Vous ne pouvez pas imaginer comme ça a été dur", l'émotion des habitants libérés de Kherson venus remercier l'armée

Sans oublier aussi une troisième phase, qui oppose la Chine à l’Inde dans la région de l’Himalaya, où il y a aussi des conflits frontaliers très importants et très anciens entre les deux pays. Donc, en fait, sans surprise, Xi Jinping rappelle la priorité politique des affaires étrangères, donc le lien entre la souveraineté de la Chine et ses revendications de souveraineté, précisément dans ces régions disputées de la mer de Chine méridionale, à Taïwan et dans l’Himalaya principalement.

DW : Que pensez-vous du renouvellement de Xi Jinping pour la troisième fois ?

Lire Aussi :  Salon international des dattes : C'est parti pour la 11e édition !

Elle déclenche une sorte de « poutinisation » du système chinois, c’est-à-dire une prise en charge de la possibilité d’un développement démocratique dans le système. Elle provoque aussi la destruction de toute forme de contre-pouvoir au sein même de la Politique.

DW : Et comment décrivez-vous l’endroit, donc où Hu Jintao a été escorté à cette cérémonie ?

Il reste à mon avis assez obscur à ce jour. On peut trouver une explication logique, mais au contraire, je ne le vois pas comme une fête organisée par Xi Jinping lui-même. Je peux me tromper, bien sûr, mais je vois plus, en fait, comme un signe de protestation de Hu Jintao qui ne peut pas voter pour Xi Jinping.

Lire Aussi :  ERFOUD/ MALHEUREUX : LE SALON INTERNATIONAL DES DATTES A PERDU DE SON ÉCLAT EN CONFIANT SA MÉDIATISATION A UNE AGENCE DE COMMUNICATION DÉFAILLANTE

En revanche, en signe de protestation, il vote avec ses pieds, c’est-à-dire qu’il a délibérément quitté le Congrès. Donc, dans tous les cas, qu’il soit organisé par Xi Jinping ou Hu Jintao lui-même, c’est une contradiction dans l’accord chinois, c’est-à-dire que c’est vraiment un événement, en soi, ça peut être un courant de protestation très fort. mois ou Dans les années à venir.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button