« Ça fait quinze jours que tout le monde nous met la tête sous l’eau »… toutes les réactions d’après-match

David Marty, entraîneur-chef de Perpignan : “Il y a de la fierté. On a eu beaucoup de mal à rentrer dans le match, c’était compliqué mais on a bien réagi. Ça nous a souri en fin de match mais on en voulait un peu plus. C’était une rencontre importante pour nous donc nous sommes très contents de cette victoire. Quand tu fais une percée à la fin d’un match, c’est toujours bon pour la confiance du groupe. »

Lire Aussi :  Ornans. Rémi Boudoul se livre sur le champion du monde de MotoGP Fabio Quartararo

Julien Laïrle, entraîneur UBB : « Si les gens pensent que tout va changer du jour au lendemain avec ce qui s’est passé à l’UBB, ils se trompent. Il faut gagner pour reprendre confiance et avancer. On a pris un bon départ. On n’avait pas notre ballon en touche, on a été pénalisé en mêlée, on a raté trop de tacles, les buts ont été touchés. La discipline aussi nous a coûté cher. Il faut rester un peu positif car ça fait deux semaines que tout le monde est on s’est mis la tête. Alors si on met ça aussi entre nous, ça va être compliqué. »

Lire Aussi :  les Bleus abordent les quarts sur un sans-faute

Stade Rochelais – Castres Olympique : 53-7

L'ailier français de La Rochelle, Teddy Thomas, célèbre avec Antoine Hastoy et Tawera Kerr-Barlow après avoir marqué un but.


L’ailier français de La Rochelle, Teddy Thomas, célèbre avec Antoine Hastoy et Tawera Kerr-Barlow après avoir marqué un but.

XAVIER LEOTY/AFP

Antoine Hastoy, ouvreur de La Rochelle : “On a pris le match par le bon bout, ça nous a permis de lâcher un peu tout en gardant ce qu’on s’est dit toute la semaine : grosse défense, jouer à domicile et jouer au ballon de récupération, c’était très bien. C’est un très bon jeu. Ça faisait du bien, c’était le premier match qui se passait comme ça pour moi dans ma carrière. On gagne nos duels offensivement, c’est plus facile de poser son jeu à partir de là. On a un ballon rapide, alors qu’on a du mal à poser ce jeu depuis le début de la saison. On le retrouve là, avec plus de chiffre d’affaires et d’emplois. Il faut maintenir cet équilibre, avec quelques pénalités à notre encontre en première mi-temps (4, ndlr). »

Pierre-Henry Broncan, gérant de Castres : “Comme ça, un mauvais moment à passer. Nous avons eu une mauvaise semaine, nous avons eu un mauvais match. Aujourd’hui, il faut reprendre le travail, se taire, se remettre en question. Moi d’abord, le staff et les joueurs aussi. Il faut rebondir dimanche prochain en accueillant Pau à Pierre-Fabre dans un match qui, comme toute célébration, sera important. On a besoin d’être en colère, on manque trop de précision. Technique, d’abord, mais aussi tactique pour rivaliser avec les champions d’Europe. »

Montpellier – Aviron Bayonnais : 35-14

Le pilier sud-africain de Bayonne, Pieter Scholtz, court avec le ballon.


Le pilier sud-africain de Bayonne, Pieter Scholtz, court avec le ballon.

PASCAL GUYOT/AFP

Philippe Saint-André, entraîneur de Montpellier : “J’ai confiance en mes joueurs. Mais il ne faut pas croire les statistiques : quand on reçoit un carton rouge dans les dix premières minutes, c’est généralement un énorme 80 %. Félicitations aux joueurs, non seulement pour la victoire mais pour le bonus offensif. Je leur ai dit à la mi-temps que ce sera un match qui se jouera avec du caractère, un état d’esprit et une condition physique. Gagner à 14 contre 15 sans votre deuxième ligne, chef de ligne et sauteur numéro 1 n’est pas une mince affaire. C’est un match important pour voir le haut du tableau. Nous sommes toujours là. »

Denis Marchois, capitaine de Bayonne et 2ème ligne : “A Clermont, on a fait une belle performance. Il y a aussi de la place ici. Nous ne prenons aucun risque. J’espère que nous réalisons que cela n’arrivera pas tout le temps, afin que nous n’ayons pas à en laisser autant comme ça. Ce n’est pas une obligation de gagner mais quand on regarde le tour de jeu, à la mi-temps, c’est une obligation de ramener les points. Quand on voit le score en fin de partie, on repart avec zéro point et beaucoup de déception. Ce n’est pas ce à quoi nous nous attendions. Même s’ils ont marqué à 15 minutes de la fin, nous sommes toujours dans la course, nous pouvons obtenir les points de bonus défensifs que nous méritons. Mais Montpellier a trouvé son rythme et on n’a pas pu suivre. »

Division Paloise – Brive : 22-6

Pau souffre, mais pourvoit au nécessaire.


Pau souffre, mais pourvoit au nécessaire.

David Le Deodic/SUD OUEST

Sébastien Piqueronies, gérant de Pau : “Nous sommes très solides, très organisés défensivement. Le match a été dur, compliqué, presque équilibré. C’est un bon témoignage de l’homogénéité de ce tournoi. Nous avons lâchement abandonné notre routine habituelle en fin de première mi-temps et en début de seconde, même si nous avons continué en fin de match. Il faut être clair et humble sur le résultat de ce match. Aujourd’hui, nos conquêtes n’ont pas suffi pour le Top 14, le jeu au sol n’a pas suffi non plus. Aujourd’hui, nous sommes toujours en mode survie. Nous ne pouvons pas contrôler ce jeu du début à la fin. Je ne sais pas si c’est être pointilleux. Nous sommes très satisfaits du bilan des deux dernières journées… Mais il reste encore beaucoup de choses sur la table. Il faut être très humble. La qualité de nos jeux nous oblige à nous remettre rapidement au travail. »

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button