Classico, ici c’est mauvais / Culture Foot / Cinéma / SOFOOT.com

Après le succès de la série documentaire sur Orelsan, Amazon dévoile un film sur le football français. Classique C’est une comédie avec un casting formidable qui vise à faire la satire du monde des supporters et de la rivalité PSG-OM. Les résultats sont à couper le souffle. Comment peut-on faire ce genre de film amoureux du football en 2022 ?

Première précision : la seule dimension sociale Classique acteurs et actrices, ainsi que le fait qu’il existe de nombreux invités (Bazile Boly, Pedro Miguel Pauleta, Oxmo Puccino, Les Sopranos, etc.) ont réussi à obtenir un chèque pour ce film d’Amazon. Pour le reste, le niveau sur scène de ce long métrage (peut-être se réjouira-t-il pour une fois qu’il ne soit pas sorti dans les salles tricolores) se révèle à la lumière de la récente confrontation entre les deux clubs phares de L1 : des sauts de ligne séduisants et service minimal sur le terrain.

Exposition Cliché

Bien sûr, on obtient rapidement des références et du matériel emprunté aux aventures d’un fan marseillais alors qu’il infiltre ses ennemis détestés pour récupérer la célèbre Coupe d’Europe volée. Ahmed Silla joue le nouveau Fernandel Hercule) vient franchement et naïvement dans la capitale laide (d’ailleurs, les gens y sont laids, c’est stable). Imaginez son sort : en l’an 2022, personne ne sert de pastiche dans les bars là-bas (il ne reste que les quartiers les plus sympas…). Les quelques minutes de son arrivée à Paris ont la valeur d’une caricature de la ville lumière. Tout le monde fait la grimace et tout le monde est désagréable. Un contraste saisissant avec Marseille, qui est présentée comme une ville parfaite de sourires constants et de convivialité constante. Loin d’être drôle, regarder l’ancien joueur de Marseille et du Paris Saint-Germain Pardo expliquer à Ahmed Sillad (oui, oui, en 2022) ce qu’est Verlan est déchirant.

Lire Aussi :  Fans de John Wick ? Rendez-vous ici demain (jeudi) à 18h !

En plus du fil rouge, Sami, le personnage principal, doit sauver sa maison et ses enfants adoptifs (“Blue Brothers”, pas de mots à dire sur la bande originale), menacé par un voisin colérique et orageux, interprété par Eli Semun (la meilleure performance, c’est un euphémisme). Sans oublier le petit moment PNL où le héros mange sur le toit du Vélodrome. Et bien sûr, une petite histoire d’amour avec le chargé de relation du PSG soulignée par une séquence karaoké entraînante. Le briseur de cœur. Enfin, les Parisiens ne sont pas responsables des vols inappropriés. Affaire se terminant par A fin heureuse Ici, tout le monde finit par aimer tout le monde.

Lire Aussi :  Gaël Perdriau ne démissionnera pas en cas de mise en examen

Préjugés sur les supporters

Mais le plus énervant reste le traitement footballistique, le monde des supporters et des extrémistes. C’est évidemment une comédie, et il faut souligner le caractère et la nature des personnages (en plus, des petits encadrés visuels viennent nous l’expliquer lors de l’introduction, au cas où…). Par exemple, TRÈS des sujets sérieux comme la guerre et l’armée ont été abordés sans ignorer la réalité. Après tout, pourquoi ne pas avoir Denis Podalydès comme président parental de l’OM, ​​ou Paul Mirabel, l’humoriste anti-céréales, comme disciple violent. Il y a peu de sensibilités pédagogiques aux “vraies valeurs” des supporters – solidarité et passion. – souligné. On entend un peu Oxmo Puccino, qui aurait pu exprimer un capodastre aussi convaincant de la tribune parisienne, et citer les propos de trois BBB. “Courageux, gentil et gentil” . Quiconque a passé tout ce temps dans les gradins portant les trois bandes devait prendre une pinte pour accepter cet outrage.

Lire Aussi :  Premier titre pour Xavi : Le FC Barcelone bat le Real Madrid (3-1) et remporte la Supercopa, Benzema buteur, Gavi brille

Ultras, Parisiens, Marseillais (“Ils sont aussi bizarres que Marcel” , faible Alice Belaidy), souligner ou se moquer de leurs passions et de leurs manières a plus de mérite. Consensus “En fin de compte, nous sommes tous pareils” Une déclaration avec un peu plus de respect pour le code et l’histoire de la rivalité entre ces deux villes et clubs aurait été préférable. Espérons que les amitiés et les perversités méritent peut-être un jour un vrai film qui inclut leurs défauts.

Nicolas Xsis-Martov

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button