Depuis Washington, Emmanuel Macron fustige les subventions américaines « super agressives » à l’égard des entreprises françaises

Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors d'un déjeuner sur les questions climatiques et de biodiversité, avec l'envoyé américain pour le climat John Kerry, devant des membres du Congrès, à la Bibliothèque du Congrès à Washington, le 30 novembre 2022.

C’est l’un des dossiers les plus difficiles à résoudre entre Paris et Washington. Au premier jour d’une visite d’Etat de trois jours aux Etats-Unis, mercredi 30 novembre, Emmanuel Macron a rejeté les subventions prévues dans le grand plan climat de Joe Biden, qui privilégie les produits. “fabriqué aux États-Unis” contre des marchandises importées d’Europe et de France.

“C’est super agressif pour notre entreprise”, a annoncé M. Macron, lors d’un déjeuner sur les enjeux climat et biodiversité organisé au Congrès. Le chef de l’Etat français a évoqué le vaste programme de soutien à la transition énergétique que souhaite le président américain, dit “Inflation Reduction Act” (IRA). Ce dernier vise à apporter des subventions substantielles aux entreprises qui produisent des véhicules électriques, des batteries ou des énergies renouvelables, si elles sont fabriquées sur le territoire américain.

Le risque de “détruire de nombreux projets”

“Mets-toi à ma place”“, personne ne m’a contacté lorsque l’IRA était en discussion”, la demande du président français, le réclamant “respecté comme un bon ami”. Il ajouta: “Peut-être que cette loi résoudra votre problème, mais vous augmenterez le mien”en référence à la situation économique difficile en Europe, sur fond de guerre en Ukraine, d’inflation galopante et de crise énergétique.

Lire Aussi :  Starlink généralise les limites de consommation des données introduites en France
Voir également: Les articles sont réservés à nos abonnés Emmanuel Macron s’est rendu aux États-Unis en tant qu’allié non aligné

La loi à appliquer en 1euh Janvier 2023 a fait craindre à Paris et Bruxelles une vague de délocalisations industrielles majeures. Emmanuel Macron a ainsi mis en garde les élus d’Amérique et le président Biden contre les risques “détruire beaucoup de projets” s’il n’y a pas de coordination entre l’Europe et les États-Unis. M. Biden a des intentions précises de dynamiser le secteur du véhicule électrique, dans le but d’améliorer l’emploi industriel, la transition énergétique et la concurrence technologique avec la Chine.

Lire Aussi :  son chat est coupé en deux par un TGV malgré les appels à l'aide
Voir également: Les articles sont réservés à nos abonnés Compétitivité : l’Europe peine à trouver une solution au plan anti-inflation de Biden

Si le président français a dit qu’il était “Je ne peux pas y croire une seconde” a informé le peuple américain de la législation que la Maison Blanche considère comme importante, il a donc appelé à une meilleure synchronisation entre les États-Unis et l’Europe. À Washington, on suppose que cette loi sur la réduction de l’inflation sera un projet “gagnant-gagnant” susceptibles de stimuler également l’économie européenne.

“Un allié vital pour les Etats-Unis”, selon Kamala Harris

La visite d’Etat d’Emmanuel Macron, premier dirigeant étranger à recevoir cet honneur diplomatique de Joe Biden, a commencé sur une note plus polie. La vice-présidente, Kamala Harris, a salué en France un “un allié important pour les États-Unis”lors d’une réunion au siège de la NASA, et la coopération “fondé sur des principes démocratiques et des valeurs partagées”.

Après un franc échange avec des élus du Congrès, le chef de l’Etat s’est rendu au cimetière national d’Arlington, où il a déposé une gerbe sur la tombe du soldat inconnu mais aussi une rose blanche sur la tombe de Pierre Charles L’Enfant, l’architecte français qui a conçu le plan de la capitale américaine.

Lire Aussi :  Inédit en France : un train à hydrogène testé sur la ligne Tours-Loches, en région Centre-Val de Loire

Il devait ensuite se rendre à une réunion sur le nucléaire civil puis rencontrer des membres de la communauté française, avant de dîner avec sa femme Brigitte Macron avec Joe et Jill Biden. Un repas qui se veut intimiste, loin des fastes formels que la Maison Blanche y mettra pour le président français, entre les coups de canon, la rencontre dans le Bureau ovale et le dîner de gala.

Voir également: Les articles sont réservés à nos abonnés « Nouvelle attaque » menée aux États-Unis « contre les gouvernements européens »

Le monde avec l’AFP

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button