Economie. En 2024, vous pourrez certainement prendre… un taxi volant

Si pour vous rendre aux JO 2024, vous preniez un vol taxi ? Cinq bases à Paris et sa région sont prévues pour accueillir des taxis volants d’ici 2024, les promoteurs du projet ont annoncé vouloir profiter des JO pour mettre en valeur cette nouvelle mobilité.

Cet objectif, pour un service expérimental qui n’a pas encore reçu le feu vert régulier, a été lancé jeudi à l’aérogare passagers “Vertiport” (nord-ouest de Paris) de l’aéroport de Pontois-Cormelis-en-Vixin (nord-ouest de Paris). l’ouverture.

C’est dans cette installation, à 35 kilomètres de la capitale française, que le groupe de gestion aéroportuaire ADP, la RATP, la région Ile-de-France et l’avionneur allemand Volocopter testent depuis un an l’engin volant. . Landing (VTOL par son sigle en anglais) en termes réels.

Lire Aussi :  La Rémunération des actionnaires n’est pas celle que l’on croit… | L'Économie hors la tour d'ivoire | Michaël Lainé

“Notre objectif est très clair, qu’en 2024, Notre-Dame rouvre, que la France brille aux Jeux olympiques et qu’en Ile-de-France on puisse voir le premier vol VTOL en Europe”. Directeur de l’Aviation Civile, Damien Cause.

Deux compagnies aériennes sont prévues

Ces appareils électroniques doivent être intégrés dans le trafic aérien et les environnements urbains, quelle que soit leur acceptation par le public.

Les engins « VoloCity », qui ressemblent à des couronnes d’insectes géants, sont quatre fois moins bruyants que les hélicoptères, grâce à 18 rotors, pour leurs modèles biplaces, selon Volocopter.

Selon ADP, deux compagnies aériennes sont prévues, l’une entre Paris et Versailles, l’autre reliant les aéroports Charles-de-Gall et Le Bourget à Paris.

Lire Aussi :  À Tracy-Bocage et Bayeux, ARD Closmenil, une entreprise familiale où les métaux valent de l'or

Volocopter est “en train d’obtenir la certification européenne qui lui permettra de voler dans tous les ports”, selon ADP, qui recevra le feu vert de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) en 2024.

Même coût qu’un trajet VTC

“La clé est maintenant de se préparer à la certification, qui sera un grand défi pour les 18 prochains mois”, a déclaré Dirk Hoke, PDG de Volocopter.

“Mais nous sommes en bonne voie pour nous envoler vers Paris à l’été 2024”, a assuré l’ancien cadre d’Airbus.

Il s’est dit engagé à “prouver que la technologie est sûre”: VoloCities serait “soumis aux mêmes règles de sécurité que les avions Airbus ou Boeing”, avec une limite technique d’une seule erreur sur un milliard acceptable.

Lire Aussi :  L'économie thaïlandaise accélère au 3e trimestre

D’ici 2024 “l’expérience envisagée s’appuiera sur une flotte d’une dizaine de VoloCity prêtes à être déployées” en Ile-de-France, chaque appareil capable d’effectuer deux ou trois vols par heure avec une rotation rapide grâce à la batterie.

Le VoloCity biplace transportera des passagers payants, l’autre siège étant réservé au pilote en attendant les versions autonomes.

Le PDG d’ADP, Augustine de Romanet, s’est exprimé jeudi sur le coût pour les clients par rapport aux déplacements en VTC.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button