Economie. Le fabricant de pneus Michelin prévoit de supprimer 451 postes en 2023

Le manufacturier français Michelin prévoit de supprimer 451 emplois en France d’ici 2023, troisième année de son “plan de simplification et de compétitivité”. Les suppressions de postes concernent principalement les sites du siège du groupe à Clermont-Ferrand, où 313 emplois seront supprimés – essentiellement des activités tertiaires – selon un mémorandum transmis au syndicat par le Comité social et économique (CSE) des réunions sont déjà prévues en décembre 6. .. Pour le secteur industriel, les sites de Cholet (51 démolitions), de Troyes (30) et du Puy-en-Velay (25) ont été les plus touchés.

Lire Aussi :  Vingt-six chalutiers bigoudens éligibles au plan de casse - Économie

Parmi ces suppressions, Michelin envisage le départ de 319 préretraités et propose 210 places ouvertes à la mobilité étrangère. Parallèlement, le groupe prévoit de créer 318 postes. Le bilan de ce plan triennal sera donc d’environ 1.750 suppressions de postes (1.100 dans le tertiaire et 650 dans l’industrie), selon une porte-parole du constructeur, qui avait initialement présenté un chiffre de 2.300. 1 200 dans le tertiaire et l’industrie). “C’était le maximum, pas l’objectif”, a déclaré le porte-parole.

“Moins de suppression que prévu”

“Pour 2023, le bilan suppressions/créations tous secteurs confondus est proche de l’équilibre et nous nous félicitons de cette relativement bonne nouvelle, dans un contexte où l’on parle souvent de ‘suppression'”, sur son site CFE-CGC, indique le premier groupe. Union, commentant les chiffres du siège social. Pourtant, le plan a été “annoncé avant la crise sanitaire et sa première copie il y a deux ans n’a rien à voir avec”, a estimé José Tarentini, représentant de l’Union centrale de l’Union, “étonné des gains de productivité”. “.

Lire Aussi :  Bourse : les valeurs à suivre à Paris et en Europe - 04/11/2022 à 09:10

Pour le SUD, le deuxième syndicat, “il y a moins de réductions que prévu et elles sont très bonnes, mais nous avons peur de prolonger le plan en 2024 et 2025, surtout dans les conditions actuelles de prix élevés qui minent la compétitivité”, a souligné Jérôme Lorton. . , surintendant du magasin central de cette union. Michel Chevalier, qui occupe un poste similaire pour la CGT, estime que “la plupart des suppressions sont liées à des placements dans le tiers secteur, notamment en Roumanie. Il y a peu de pertes pour l’industrie, c’est ce qui est prévu, alors que les recrutements sont encore difficiles”. .

Lire Aussi :  Assurance chômage, livret A, isolement Covid-19… Ce qui change au 1er février 2023

Michelin compte aujourd’hui 17 000 salariés en France et plus de 120 000 dans le monde.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button