feu vert de l’Autorité des marchés financiers au projet de renationalisation d’EDF

Le projet prévoit l’acquisition de 16% du capital auprès d’autres actionnaires que l’Etat ne possède pas encore, au prix de 12 euros par action.

L’acquisition de ces titres doit se faire d’ici le 8 décembre et l’AMF n’a pas évoqué le changement d’horaire mardi soir. Elle compte publier “sa décision motivée” dans les plus brefs délais.

Opérations à 9,7 milliards d’euros

L’Etat actionnaire espère obtenir, à l’issue de l’OPA, 90% du capital, seuil à partir duquel la procédure de retrait obligatoire de la bourse pourra être engagée pour récupérer les titres. Le gouvernement a fait une offre officielle pour prendre le contrôle à 100% de la société française d’énergie à la mi-juillet.

Lire Aussi :  Un salarié ne peut être licencié pour son refus d'adhérer à la valeur "fun et pro" de l'entreprise

Pour l’Etat, qui veut construire six réacteurs nucléaires EPR de nouvelle génération, avec une option pour huit autres, l’opération, qui coûtera 9,7 milliards d’euros, est stratégique et vise à envoyer un signal de confiance aux investisseurs en dette.

EDF fait face à des difficultés financières en raison d’une baisse record de sa production d’électricité, en raison du manque d’une partie de son parc nucléaire en raison de problèmes de froid, de maintenance programmée et de mobilité sociale, mais aussi en raison du plafonnement tarifaire qui protège les Français. De l’énorme augmentation des prix de l’énergie.

Lire Aussi :  «Protestants, nous avons besoin de vous, de votre esprit de résistance !»

Au total, en 2022, cette baisse de production affectera les bénéfices d’EDF, pesant jusqu’à 32 milliards d’euros sur l’excédent brut d’exploitation (Ebitda), et la dette du groupe pourrait atteindre 60 milliards en fin d’année. montant total.

Différends et appels

Depuis le début des opérations, les petits actionnaires (majoritairement salariés et ex-salariés) ont contesté l’avis “favorable” rendu par le conseil d’administration le 27 octobre concernant le renouvellement du groupe au prix de 12 euros par action. moindre réclamation. 15 euros.

Ils ont déposé plusieurs actions en justice, dont aucune n’a abouti jusqu’à présent. Dernière démarche en date, ils ont poursuivi lundi EDF en justice pour manquement aux obligations d’information et conflit d’intérêts sur l’actuel président du groupe.

Lire Aussi :  SAINT-EUSЀBE : Deux départs en retraite à l’entreprise ISOSIGN

entreprise sans valeur

“Nous sommes très déçus que l’AMF n’ait pas pris en compte toutes les raisons pour lesquelles nous pouvions grandir, tant matériellement que formellement”, a réagi Martin Faure, le patron de ses petits actionnaires, “sous-évaluant totalement l’entreprise”.

Selon elle, l’experte indépendante qui jugeait le prix de 12 € “raisonnable” se basait sur de “mauvaises hypothèses”, notamment sur le volume et le prix de l’électricité qu’EDF vendra à ses concurrents l’année prochaine. .

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button