Iran : douze policiers tabassent un manifestant, la vidéo devient virale

Des images des forces de sécurité iraniennes battant brutalement des manifestants ont fait surface sur les réseaux sociaux au milieu d’une colère croissante face à la répression croissante du gouvernement.

Une vidéo datée du 22 octobre montre des dizaines de policiers anti-émeutes frappant un homme la nuit dans une rue du sud de Téhéran. Reuters ne peut pas vérifier l’authenticité de certaines vidéos. “Cette vidéo choquante envoyée de Téhéran aujourd’hui est un autre rappel choquant que la brutalité des forces de sécurité iraniennes ne connaît pas de limites.”Amnesty International a tweeté, exhortant la Commission des droits de l’homme des Nations Unies à enquêter sur ces actions.

Lire Aussi :  L'horreur sous terre à Marioupol et des Nasams pour « un ciel plus sûr »

Cette vidéo choquante envoyée de Téhéran aujourd’hui est un autre rappel choquant que la brutalité des forces de sécurité iraniennes n’a pas de limites. Au milieu d’une crise d’impunité, ils ont reçu le pouvoir de battre brutalement et de tirer sur les manifestants. @UN_HRC Ces crimes doivent faire l’objet d’une enquête immédiate.#مهسا_امینی pic.twitter.com/IYQNewPslf

– Amnesty Iran (@AmnestyIran) 1 novembre 2022

jugements

D’autres vidéos montrant le passage à tabac de manifestants sont également devenues virales sur Internet. Reuters n’a pas pu les confirmer.

La mort en détention de Mahsa Amini à la mi-septembre a déclenché une vague de protestations, qui se sont poursuivies malgré l’escalade des escadrons de la mort. Des gens de toutes les classes sociales appellent à un changement politique radical ou même à la mort du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei. La communauté internationale a condamné les pressions exercées sur les dirigeants iraniens, rejetant la responsabilité de la crise sur les États-Unis et d’autres puissances occidentales. Ali Khamenei a déclaré mercredi aux médias d’État que les responsables américains soutenant les manifestations n’avaient rien à voir avec cela. “pas de honte”. De son côté, le parlementaire iranien Mohammad Saleh Jokar estime que les Iraniens vivant à l’étranger en sont la cause “la violence” Leur pays de citoyenneté devrait être révoqué.

La police iranienne a déclaré mardi dans un communiqué qu’un ordre spécial avait été émis pour examiner les détails d’une vidéo montrant des soldats battant un citoyen, sans fournir de détails sur la vidéo. “La police ne tolère pas les mauvais traitements, les policiers fautifs seront traités conformément à la loi.”La police l’a dit dans un communiqué cité par l’agence de presse Tasnim.

Selon l’agence de presse HRANA, environ 14 160 personnes ont été arrêtées, dont environ 300 étudiants, lors des manifestations organisées dans 133 villes et 129 universités. Environ 300 personnes auraient été tuées, dont 46 enfants.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button