l’avocate de la famille juge que l’annulation de la mise en examen de l’ex-préfet est « une bonne décision »

L'ancien préfet de Loire-Atlantique Claude d'Harcourt, à Nantes, le 14 juillet 2019.

Claude d’Harcourt, haut fonctionnaire qui fait valoir son droit à la retraite depuis juillet, promu au grade d’officier de la Légion d’honneur, respire l’apaisement. Vendredi 28 octobre, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Rennes a annulé l’inculpation, comme le préfet de Loire-Atlantique courant 2019, du chef de “meurtre accidentel” dans le cadre d’instructions visant à déterminer une éventuelle culpabilité. a causé la mort de Steve Maia Caniço, le soir de la Fête de la musique 2019 à Nantes. Le jeune homme de 24 ans s’est noyé dans la Loire, après que la police nantaise a mené une opération pour disperser la soirée techno sur le quai Wilson, un site alors sans le moindre parapet.

Lire Aussi :  enquête ouverte pour détournement de fonds publics

M. d’Harcourt, qui a terminé sa carrière comme directeur général des affaires étrangères en France au ministère de l’Intérieur, a été placé sous le statut de témoin assisté. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Rennes a en revanche confirmé l’accusation de Johann Mougenot, directeur de cabinet de M. d’Harcourt au moment du drame. Dans cette affaire, le commissaire Grégoire Chassaing, qui a dirigé l’intervention policière controversée, a également été inculpé de “génocide”.

Dans la nuit du 21 juin 2019, les tensions ont augmenté alors que la police exigeait que les fêtards réduisent le bruit. A 4 h 31, le commissaire Chassaing annonce que les troupes sur place arriveront sous la grêle. En retour, ces derniers ont utilisé trente-trois grenades lacrymogènes, dix grenades de désencerclement et, douze fois, des lance-balles défensifs. Un nuage de gaz lacrymogène a créé un mouvement de panique et fait tomber plusieurs personnes dans la Loire, dont celle qui a tué Steve.

Lire Aussi :  Gaël Perdriau ne démissionnera pas en cas de mise en examen

“Caractéristiques imprudentes”

Face au juge d’instruction en charge du dossier, Grégoire Chassaing a assuré qu’il n’avait personnellement pas fait usage de gaz lacrymogène. “Chaque escouade qui l’utilise le fait sans mes ordres”a-t-il déclaré dans le procès-verbal d’interrogatoire, daté du 22 septembre 2021. Le juge d’instruction a estimé qu’en raison de la dangerosité des lieux, de nuit et de la présence de personnes à potentiel alcoolique ou stupéfiant, l’opération a échoué.“caractère négligent”.

Lire aussi Les articles sont réservés à nos abonnés Mort de Steve Maia Caniço : la justice relève les “fautes” et les “négligences” du commissaire et de l’ancien préfet
Lire Aussi :  "Le Canard enchaîné" affirme que l'ex-femme d'Éric Ciotti a cumulé plusieurs emplois politiques

Fait extraordinaire : la préfecture a découvert a posteriori que le Grand Port Maritime de Nantes-Saint-Nazaire, établissement public de l’Etat, est propriétaire de la zone où se tenait la fête. Ainsi, M. Mougenot était accusé de s’être abstenu, en tant que directeur de cabinet du préfet, de donner les instructions nécessaires pour sécuriser le lieu et de n’avoir rien à voir avec les réunions préparatoires à la célébration des représentants du Grand Port Maritime. tout en permettant d’ajuster la collection de murs sonores dans la poignée.

Il vous reste encore 40,7% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux clients.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button