Le FMI invite la France à resserrer sa politique budgétaire dès l’an prochain

Gel des prix de l’électricité et du gaz, chèques énergie, remises sur les prix des carburants, soutien aux entreprises et aux ménages… Depuis un an, la France a augmenté ses dépenses et dépensé des milliards pour aider les consommateurs à faire face aux flambées de prix. Dans un rapport publié lundi 21 novembre, le Fonds monétaire international (FMI) estime toutefois que Paris doit commencer à assainir ses finances, dès l’année prochaine.

Les dépenses de la France, que le FMI estime à plus de 2% du PIB, tiennent compte des finances publiques fortement mises à mal par la pandémie de Covid-19, tandis que le gouvernement finance partiellement le chômage et les fermetures d’entreprises sous “tout ce qu’il faut”.

Voir également: Les articles sont réservés à nos abonnés “A tout prix, santé ou énergie, le gouvernement français est devenu un expert dans l’art sans poids économique”
Lire Aussi :  Les prix des galettes des rois sont-ils vraiment justifiés?

Après les deux crises et pendant les aides liées à la pandémie, “Vous pouvez commencer la consolidation budgétaire en 2023”écrit le FMI à l’issue de la mission française d’évaluation économique, diteArticle 4.

Or, ce n’est pas la voie empruntée par Paris, note l’institution de Washington, précisant “La loi de finances 2023 ne vise pas la réduction des déficits, reporte l’ajustement budgétaire à 2024”. Le gouvernement table sur un déficit général de 5% l’an prochain, après 4,9% cette année,

Lire Aussi :  La situation ubuesque de Staniouta, opposante biélorusse exilée en France

Crainte d’un “déficit en légère aggravation”

Dans un document publié lundi, le FMI, qui table toujours sur une croissance de 0,7% l’an prochain en France, a peur. “le déficit augmente légèrement” en 2023, citant la prolongation des mesures énergétiques et la poursuite de la suppression des taxes de production pour les entreprises.

Cependant, le ciblage de l’aide à l’énergie peut, “de nombreux”permettre un resserrement budgétaire d’un quart de point de PIB, calcule le FMI, évoque aussi la possibilité de suspendre les baisses d’impôts sur la production.

Voir également: Les articles sont réservés à nos abonnés Crise énergétique : Emmanuel Macron au-delà « coûte que coûte »
Lire Aussi :  Les chercheurs ont découvert comment nous prenons froid

A plus long terme, le déficit français devrait rester au-dessus du niveau qui stabilise la dette, espère aussi le FMI, qui craint que l’écart ne se creuse. “c’est important” avec des pays européens comparables.

Il a appelé pour “ajustement continu” réduire le déficit à 0,4% du PIB en 2030, sur la base de réductions des dépenses courantes, notamment celles liées à la pandémie et à la crise énergétique.

Le Fonds monétaire international a également mis l’accent sur les réformes structurelles, à travers le relèvement de l’âge de la retraite, l’achèvement de la réforme de l’assurance-chômage, la rationalisation de certains coûts (énergies fossiles ou logement), et l’emploi civil.

Le monde avec l’AFP

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button