Les énergies dites « propres » vont apporter 31 milliards d’euros à l’Etat en 2022 et 2023

Quand l’écologie se conjugue avec l’économie. Le secteur des énergies renouvelables, et des éoliennes en particulier, rapportera 30,9 milliards d’euros de recettes à l’Etat en 2022-23, a réévalué mardi la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Energy Police, qui avait estimé le chiffre à 8,6 milliards d’euros en juillet, a relevé sa prévision en raison de la hausse des prix du marché de l’électricité. “Dans les conditions de gros actuelles, la CRE prévoit que toutes les filières d’énergies renouvelables en France métropolitaine représenteront des recettes pour le budget de l’Etat”, a-t-elle noté.

Dans ce dispositif, l’éolien entre dans le réseau gazier pour 21,7 milliards d’euros, la filière photovoltaïque pour 3,5 milliards, la filière hydraulique pour 1,7 milliard et le biométhane pour 0,9 milliard. La France doit cette situation favorable à l’existence d’un mécanisme de soutien aux énergies renouvelables spécifiques depuis 2003 : l’État garantit un certain niveau de prix d’achat de l’électricité aux opérateurs d’énergies renouvelables, qui paient à leur tour la différence Lorsque le prix de marché dépasse ce prix garanti – qui est le cas aujourd’hui. A ce rythme, le secteur des énergies renouvelables devrait rapidement rembourser tout ce qu’il a gagné au cours des vingt dernières années.

Lire Aussi :  Economie. Le fabricant de pneus Michelin prévoit de supprimer 451 postes en 2023

La CRE note que ces recettes pour le budget de l’État permettront de financer des plafonds tarifaires et des amortisseurs destinés à protéger les consommateurs et les entreprises de la hausse des prix de l’énergie. Mais alors que les conditions de prix de marché sont plus favorables aux producteurs, la CRE alerte aussi mardi sur la résiliation anticipée de ses contrats de soutien par certains producteurs d’énergies renouvelables : en juillet, la fin de la demande atteinte correspond à une puissance installée totale de 1,3 gigawatts (GW ). ; A fin septembre, ce volume dépassait 3,7 GW.

Lire Aussi :  un guichet ouvrira samedi pour les entreprises

Cette annulation entraînera une perte totale de 6 à 7 milliards d’euros pour l’Etat en 2022 et 2023, estime à ce stade la CRE. « Cette facilité ne peut exister que grâce au soutien financier du gouvernement, dont elle bénéficie généralement depuis plus de 10 ans. Il est tout à fait inhabituel que les fabricants concernés soient garantis par le gouvernement. » Des contrats bénéficient de prix de gros plus élevés plusieurs ans avant leur expiration », ajoute la commission, qui propose de renforcer la taxe sur les loyers des infrastructures. UE pour ces installations.

Lire Aussi :  39 % des Français prêts à dépenser plus pour une entreprise qui protège leurs données

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button