Les lycéens de Dembéni mettent à l’honneur les femmes mahoraises

L’ultime science et technologie de la santé et du social du lycée, situé à Cararano, participe à un projet éducatif d’action culturelle intitulé « Femme illustre, tu m’inspires ». Après avoir écrit des lettres en l’honneur des femmes qu’ils admirent, ce vendredi 28 élèves ont accueilli dans leur lycée des personnalités féminines mahoraises.

lycée-dembeni-honneur-mahor-femmes
Ce vendredi 20 janvier, Rukia Lihaji, l’ancienne maire de Chironga, ainsi que onze autres femmes mahoraises, ont raconté son histoire aux élèves du lycée Dembeni.

« À 19 ans, je voulais retourner à l’école. A cette époque je vivais à Marseille, j’étais marié, j’avais un enfant. Après avoir fait dix collèges pour réintégrer la quatrième année, je me suis résolument présenté devant le directeur de l’établissement. Il a hésité quelques minutes, puis m’a demandé de revenir le lundi suivant. » Soulagement pour Rukia Lahaji, qui a abandonné l’école lorsqu’elle est tombée enceinte. Ce vendredi 20 janvier, l’ancienne maire de Chironga a raconté son histoire aux élèves du lycée Dembeni. Onze autres femmes machoriennes étaient présentes à ses côtés. Parmi eux : Martin Eutrop, médecin et président d’Ensemble pour votre santé, Jacqueline Ghez, gérante de Clap Productions, Aminat Hariti, vice-présidente du Syndicat des ressources en eau de Mayotte et adjointe du sénateur Thani Mohamed Soilihi, ou encore la chanteuse Amy Bura.

Lire Aussi :  voici les meilleures offres à saisir aujourd'hui

“Modèles positifs d’identification”

Ces femmes ont été invitées dans le cadre du projet Illustrious Woman, You Inspire Me, porté par deux professeurs et un écrivain pour les étudiants diplômés en sciences médicales et sociales et technologie. « Le but est de leur présenter des modèles d’identification positifs. Pour leur montrer que si vous voulez faire beaucoup, raconte Brigitte Populus, responsable de la classe, spécialisée en sciences sociales médicales. De plus, dans ce secteur, seuls cinq élèves sur 28 sont des garçons. Et tandis que la plupart d’entre eux “les filles ont tendance à s’autocensurer soit parce qu’elles doutent d’elles-mêmes, soit parce qu’elles n’ont pas assez de stimulation familiale”, assure le professeur.

Lire Aussi :  La foi d'une petite fille esclave - A la une

Pour favoriser leur émancipation, Brigitte Populus leur a d’abord demandé de faire une étude sur les femmes – mayottes ou non – qui suscitent leur admiration. Les élèves ont ensuite écrit des lettres en l’honneur de ces personnes. Charifati Sumaila, auteure de La voix des jasmins – chemins de femmes, qui raconte le parcours semé d’embûches de plusieurs figures makhorines, est intervenue auprès d’elles pour les aider à écrire leurs paroles. “L’une des étudiantes qui a écrit une lettre en l’honneur de Xena M’Dere, en particulier, a avoué qu’elle s’était rendu compte qu’une femme mahoraise pouvait faire de grandes choses”, Charifati Sumaila se réjouit.

Affiner son projet d’orientation

La troisième phase de ce projet, avec la rencontre avec ces femmes “célèbres”, a également permis aux lycéens d’approfondir leur projet d’orientation. “L’une d’entre elles m’a dit, après avoir écouté les interventions des intervenants, qu’elle veut s’engager dans la sphère sociale afin de protéger les droits et l’égalité des femmes”, poursuit l’écrivain. A l’occasion de cette matinée, plusieurs étudiantes ont également lu leur texte aux femmes présentes. « L’idée derrière ce projet est aussi de préparer les étudiants à l’épreuve orale qu’ils passeront après avoir obtenu leur baccalauréat », dit le professeur principal. Avant cela, la promotion sortante a rendez-vous à la préfecture le 8 mars à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes pour revoir quelques-unes des personnes à qui elles ont adressé leurs courriers. Et entrez en contact avec eux.

Lire Aussi :  Les filles et les sciences, trouver sa place - ACTUALITS - a se passe chez nous - Estrieplus.com

Notification Facebook pour l’UE !
Vous devez être connecté pour voir et poster des commentaires sur FB !



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button