Meurtre de Lola : Friha, la sœur de la suspecte Dahbia B., en attente d’expulsion

Sera-ce la sœur de Dahbia ? Friha B., 26 ans, a été internée ce vendredi dans l’enceinte du centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne). Il a comparu dans la soirée devant un juge de détention et de libération conditionnelle qui statuera sur son expulsion ou sa libération. Le 17 octobre, sa sœur, surnommée “Dina”, âgée de 24 ans, a été inculpée à Paris avant d’être incarcérée. Il est soupçonné d’avoir tué, torturé et violé la petite Lola, 12 ans, le 14 octobre dans le 19e arrondissement de Paris. Un drame qui a ému toute la France et provoqué une tempête politique.

Lire Aussi :  « Que vaut la vie de Morgan si rien ne change ? » A Cahors, le procès de l’accident de chasse de trop

Le soir de l’événement, Friha a été arrêtée et interrogée par la police judiciaire et finalement relâchée dans cette terrible affaire criminelle. Il a expliqué que sa sœur était la source de ses problèmes et que sa santé mentale l’inquiétait depuis plusieurs semaines. Dahbia a profité de sa présence pour étrangler des adolescents dans son studio sous-loué au 119, rue Manin. Vers 22h, Dina est arrivée sur le VTC portant le cercueil contenant le corps de Lola. Sa sœur avait insisté pour qu’il lui dise ce qu’il y avait dans le coffre. Mais le tueur présumé a refusé de leur dire avant de s’enfuir.

Lire Aussi :  le Domaine Trapet, de la Bourgogne à l’Alsace

Le 19 octobre, comme l’a annoncé France Info, Friha a de nouveau été interpellé par la police car il se trouvait en situation irrégulière sur le territoire français. Cet Algérien est venu en France en 2016. Il a travaillé dans une boulangerie à La Ferté-Bernard (Sarthe) avant de revenir vivre en région parisienne. Depuis son retour à Paris, elle travaille au clair de lune dans une boulangerie à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) et envisage, à l’avenir, de rester en France et d’ouvrir un institut de beauté. Connu des services de police, il avait été interpellé à Paris après avoir volé un parfum avec sa compagne.

Lire Aussi :  Le premier paquebot au gaz construit en France, livré à Saint-Nazaire

Il doit encore être entendu par un juge d’instruction.

Friha a été placée au centre de rétention du Mesnil-Amelot, en Seine-et-Marne, car c’est la seule structure qui accueille des femmes dans le secteur parisien. Selon nos informations, il ne pourra être libéré ni expulsé lors de cette audience.

“Il doit encore être entendu par le juge d’instruction en charge de cette affaire et doit donc rester devant le tribunal”, a déclaré un responsable de la police. Une jeune femme peut être détenue pendant trois mois.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button