Patinage de vitesse: une progression fulgurante pour Aimé Perreault

Membre de l’équipe québécoise de patinage de vitesse longue piste depuis moins de six mois, Aimé Perreault a réussi l’exploit de se qualifier pour les deux dernières Coupes du monde de la saison, en février, en Pologne.

“Je suis content, mais je n’y croirai que lorsque j’y serai”, a déclaré le patineur de fond de 20 ans. Jusqu’en septembre, j’ai patiné avec des jeunes et des maîtres au Centre de glaces, mais j’ai connu une belle évolution. »

La carrière de Perreault était quelque peu peu orthodoxe. Membre du club stéphanois en courte piste pendant huit ans, il a également connu du succès en ski de fond, où ses performances lui ont permis d’être sélectionné en équipe régionale, mais des problèmes logistiques ont changé son parcours. .

“En décembre 2021, je n’ai pas reçu mes skis et je dois trouver une autre alternative, a-t-il expliqué. À la suggestion de mon premier entraîneur courte piste, Daniel Dubreuil, que je remercie, j’ai tenté ma chance sur la longue piste. J’ai des bottes moulées et je n’ai pas d’argent pour skier. Alors j’ai continué à patiner même si je n’aimais pas ça au début. »

Lire Aussi :  Le projet du Centre de glisse se précise – Sport & Société – Kévin Bernardi

Après la première course à Calgary lors de la Coupe Canada, Perreault a réussi un temps de 6 minutes 50 secondes lors d’un test en octobre dernier, avant d’établir un record personnel le 6 janvier de 6 minutes 40 secondes 98.

Sa performance lui a permis de terminer deuxième du 5000 m et de gagner un billet pour la Pologne. Le gagnant Jordan Belchos est déjà éligible.

“Je ne suis pas surpris de son résultat car il a toutes les caractéristiques physiques de base, mais il a fait beaucoup de travail technique ce qui explique sa rapide progression”, a déclaré son entraîneur, Marc-André Poudrier-Michaud. En raison de son athlétisme et de sa connaissance de son corps, il serait bon dans n’importe quel sport. Il est possible qu’il atteigne un petit plateau dans son développement, mais ce sera à nous de déterminer où se situe son plafond. »

Jeux Olympiques 2026

Perreault croit qu’il est possible de se qualifier pour les Jeux olympiques de 2026 à Milan-Cortina d’Ampezzo.

“Quand je commence quelque chose, je veux le finir et je ferai l’effort nécessaire”, a-t-il déclaré. Ce n’était pas le cas l’an dernier, mais je crois qu’il est désormais réaliste de croire en mes chances de qualification pour 2026. Je suis conscient que ma progression ne se poursuivra pas au même rythme, mais je me donne trois ans. Si le conseil de développement prend trop de temps, je ne perdrai pas mon temps et j’arrêterai. »

Lire Aussi :  Premier titre pour Xavi : Le FC Barcelone bat le Real Madrid (3-1) et remporte la Supercopa, Benzema buteur, Gavi brille

Perreault continue de pratiquer le ski de fond et aussi le vélo pour compléter sa formation.

“Je ne peux pas patiner six jours par semaine, sinon je vais m’ennuyer et arrêter”, a-t-il déclaré. Ce n’est pas le sport le plus exigeant physiquement, mais le patinage est le sport le plus difficile mentalement car il faut se fixer une heure chaque jour. »

« Je dois équilibrer et faire d’autres choses qui sont compatibles avec mon développement, pour rattraper les athlètes qui font partie des 30 athlètes sélectionnés pour le camp national RBC à Ottawa à l’automne. Quand je fais du ski de fond, je n’y vais pas pour voir des oiseaux. C’est un exercice profitable de patiner. J’ai commencé le ski de fond à l’âge de 5 ans et je n’ai jamais arrêté. »

Lire Aussi :  Ilan Van Wilder : «J'ai trop de talent pour n'être qu'équipier»

Le premier patineur avec un casque

Comme il le fait depuis ses débuts en longue piste, Perreault portera un casque en Pologne.

« Je veux être le premier à patiner avec un casque de Coupe du monde dans une épreuve individuelle. Ce sera spécial. Ça va faire réagir et certains vont croire que je suis là en touriste, comme c’était à Calgary quand j’ai commencé en mars dernier. Mes adversaires avaient le sourire aux lèvres, mais ils ont trouvé ça moins drôle quand j’ai gagné le 5000m. Ça ne me dérange pas et ça me rend plus fort. »

En Pologne, lors de son premier déplacement à l’extérieur du Canada, le patineur de Lévis se retrouvera dans le groupe B.

“Je veux acquérir de l’expérience, voir comment les autres patineurs se préparent et établir un meilleur temps dans la deuxième course”, a-t-il conclu.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button