Pourquoi la télévision nous prédit le pire pour 2050 ?

2050, ouvrons les yeux ! sur BFMTV, La France à 50° en 2050 et 2050 : Ma vie sans pétrole à Correspondant sur France 2, 2050, climat : peut-on encore éviter le pire ? sur W9 ou encore la météo mise à jour sur la carte météo Évelyne Dhéliat, présentatrice météo sur TF1… Notre projet télé plus souvent 28 ans après 2022.

Qu’il suffise de suggérer qu’un changement s’annonce, à l’image de l’appréhension qui s’est emparée des années 90 à l’aube de l’an 2000. La théorie a bien fonctionné dans cette transition vers le nouveau siècle. Mais le milieu du siècle sera-t-il aussi marqué par un basculement ? C’est en tout cas ce que suggère la dystopie de plus en plus télévisée, retraçant le scénario de la même année : 2050.

Alors, quel est le nom de 2050 ? Pourquoi la chaîne s’allonge cette année en termes de climat et faut-il se préparer à un changement brutal entre le 31 décembre 2049 et le 1er janvier 2050 ? 20 minutes demande Myriam Alma, responsable du service reporting ligne rouge de BFM TV et Agathe Lanté, journaliste-réalisatrice indépendante spécialisée dans les thématiques climatiques et environnementales.

Délais scientifiques

Les projections unilatérales en 2050 ne sont pas dues au hasard. “Ce sont les scientifiques qui nous décrivent en 2050 car la plupart des rapports climatiques montrent cette année faire des projections”, a commenté Agathe Lanté, directrice du rapport. La France à 50° en 2050 et 2050 : Ma vie sans pétrole diffusé en 2021 et 2022 dans l’événement Correspondant. Quant à la carte des températures pour 2050, récemment mise à jour par Évelyne Dhéliat, c’est aussi parce que cette année a été choisie par les météorologues de l’Organisation météorologique mondiale, l’animateur s’est arrêté sur cette date. “Il y a quelque temps, j’ai demandé à Météo-France s’il y avait une nouvelle projection pour la même année pour faire une comparaison avec la prévision faite en 2014”, précise l’animateur météo de TF1.

C’est aussi la dernière option établie par les scientifiques du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, pour limiter l’augmentation de la température à +2,5°C par rapport à l’ère préindustrielle.

Myriam Alma, qui a travaillé sur la dystopie réalisée pour BFM TV, a déterminé que 2050 est l’échéance où les effets les plus significatifs du réchauffement climatique prédits dans le rapport du GIEC seront les plus visibles.

près de l’hiver”

Se projeter à l’horizon 2050 et pas au-delà permet aussi d’imaginer, sur la base d’énoncés scientifiques et climatiques, un “futur proche”, ajoute Myriam Alma. “C’est une date qui reste accessible au public”, a-t-il commenté. Nous avons un moment hésité car les grands changements seront plus visibles à partir de 2085, mais nous voulons rester proches des Français et des Françaises. »

Le spectacle, construit en deux parties, envisage donc deux scénarios pour 2050, l’un optimiste si de vrais pas sont faits pour une société plus sobre et plus respectueuse de l’environnement et l’autre plus catastrophique, si rien ne change.

Agathe Lanté définit que cet avenir est “un projet de longue date, en antinomie avec la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui”. “On est dans la consommation effrénée, l’immédiateté dans tous les domaines… le temps politique aussi est très court avec un mandat limité. Tous les intérêts à court terme”, a déclaré le journaliste. projection plus longue où « le fait que nous connaissons déjà sera magnifié ».

“2050 maintenant”

28 ans d’écart 2022 et 2050. Mais pour Agathe Lanté qui échange régulièrement avec des climatologues sur le sujet. “L’avenir, c’est maintenant”, a-t-il déclaré. Il estime que “toutes les solutions pour 2050 sont les solutions qui existent aujourd’hui”, à l’exception de certaines innovations technologiques qui n’ont pas encore été mises en œuvre. Les connaissances scientifiques sur les conséquences du réchauffement climatique pour 2050 peuvent être détruites si de vrais changements sont apportés à partir de 2022. C’est pourquoi le réalisateur, très intéressé par la projection de l’avenir, estime que « 2050 remet en cause notre déni car c’est l’avenir ». mais à l’avenir, en même temps, il est influencé par les choix que nous faisons maintenant”.

Apocalyptique ou futur maîtrisé ? Telles sont les questions soulevées par les projections télévisuelles qui interrogent notre immobilisme face au réchauffement climatique. “Projecter les gens vers 2050 crée à la fois une vision apocalyptique mais montre aussi qu’on a le contrôle pour choisir si ce scénario va se réaliser… Car le nombre de choix que chacun peut envisager dans le cours de l’histoire”, a souligné Agathe Lanté. De plus, il clôt chaque reportage sur une note optimiste, pour montrer à l’auditoire que tout n’est pas perdu.

Pour Myriam Alma, le but de cette projection dystopique est aussi d'”éviter les scénarios catastrophiques”. “Il faut avoir une clé, un délai”, selon lui.

“Tout est commencé”

Si le travail 2050, ouvrons les yeux ! il a été ouvert le lendemain de la sortie du film Ne le cherchez pas Sur Netflix, Myriam Alma confie que l’équipe de BFM TV s’est fait prendre en réalité à de nombreuses reprises. “On a imaginé une “nuit carbone” avec du feu jusqu’en Bretagne et ça s’est vraiment passé cet été”, raconte le journaliste. Il a également souligné qu’il a consulté de nombreux scientifiques pour envisager un événement crédible afin de produire un déclencheur qui conduira aux changements nécessaires pour limiter le réchauffement climatique. « Ils s’accordent sur un scénario de méga canicule, comme nous l’avons vécu cet été. Est-ce suffisant pour déclencher cela ?

Lire Aussi :  Hausse de 20% des exportations sur les neuf premiers mois

Agathe Lanté affirme que de nombreux scénarios imaginés dans ce type de production ont été partiellement réalisés. « Soutage des riches, Elon Musk qui veut les Martiens… Tout a commencé. En revanche, peu va dans le sens d’un changement dans le sens inverse du changement climatique. « Il faut 20 ans pour moderniser la flotte aérienne, 20 ans pour transformer la ville, 20 ans pour moderniser la flotte automobile, 20 ans pour moderniser les infrastructures ferroviaires et 16 ans pour sortir les éoliennes de terre. »

Mais l’exercice de projection donne aussi des inconnues comme “l’impact sur la démocratie” ou “comment la population va réagir”, énumère le réalisateur. D’autant que l’été 2022 a prouvé que certains changements avaient été opérés en France. « On sait qu’un certain effet domino peut accélérer le mouvement. J’espère qu’on n’aura pas à dire « il faut dire 2030 ». »

Loin d’être inconnu en l’an 2000

Quand on fait le parallèle avec le passage à l’an 2000, Agathe Lanté s’étonne. Pour lui, la comparaison était absurde. “Les années 2000 étaient un peu inconnues”, se souvient-il. 2050 est possible à moins qu’il n’y en ait, nous savons exactement ce qui se passera. »

Si le scénario décrit dans son rapport peut faire peur, il y voit quelque chose d’excitant. “Dans chacune d’elles, j’ai mis quelque chose qui nous permet de dire qu’aujourd’hui, nous pouvons construire une société pour 2050 qui sera peut-être meilleure que ce que les scientifiques ont prédit… pour concrétiser l’avenir et en tirer des conséquences…



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button