“sang-froid étonnant”, alibi travaillé et message post-mortem, ces derniers éléments de l’enquête sur le suspect

Dix jours après le meurtre de Justine Vayrac en Corrèze et six jours après la détention provisoire de Lucas, des interrogations subsistent sur l’identité de Lucas, le suspect accusé d’avoir tué la jeune femme. Une enquête sur le garçon “calme incroyable”selon les mots d’un expert en la matière.

>> Meurtre de Justine Vayrac : une jeune femme étranglée à mort

Le jeune homme de 21 ans, selon la même source, a clairement commencé à travailler sur un alibi. Par exemple, selon nos informations, nous avons envoyé un message sur Instagram à Justine, quelques heures après le meurtre, pour lui dire que nous étions inquiets pour elle. Cette nuit-là, alors que certaines de ses amies étaient en colère, Lucas a dit à l’une d’elles qu’il n’était pas en couple avec sa petite amie et qu’il partait avec elle.

Lire Aussi :  Eric Zemmour jugé pour avoir qualifié d'"insulte à la France" le prénom d'Hapsatou Sy

Dans le même temps, selon le premier élément de l’enquête, il a en fait enlevé le corps à un kilomètre de sa maison avec un engin agricole. Il a sommairement nettoyé la chambre et la voiture avec laquelle, au petit matin, il a ramené une autre jeune fille chez elle. Il fut surpris d’entendre le téléphone sonner. Il a répondu que c’était son téléphone de travail.

Lire Aussi :  Coupe du monde | Equipe de France : Et si Kylian Mbappé était devenu un bon joueur de la tête ?

Pendant l’heure qui a suivi, le suspect a agi comme si de rien n’était. Déjeuner dominical en famille, match de foot… Lucas marque les esprits. Selon nos informations, il sera interrogé à deux reprises par la police, en tant que simple témoin, dimanche puis lundi, sur ce qui était alors encore une “disparition inquiétante”.

Seul devant les enquêteurs de la police judiciaire, et en garde à vue, le jeune homme, acculé, a finalement avoué, un instant, le premier viol avant de se retirer, puis de tuer, mais au moins. Un garçon qui, pendant l’interrogatoire, oscille entre “très froid” et “moments manquants”nous avons dit.

Lire Aussi :  Emmanuel Macron veut "mettre la pression" sur "les pays riches non européens" en matière de climat

L’objectif de l’enquête en cours est de déterminer la chronologie exacte des faits et de savoir s’il existe également une forme de plan criminel chez le suspect de violences sexuelles ou de meurtre. Justine à la campagne a-t-elle accepté de monter dans la voiture après être sortie de la discothèque, elle qui a dit se sentir mal ? Les résultats des analyses toxicologiques sont attendus. Une expertise psychiatrique sera également pratiquée tôt ou tard sur le suspect, poursuivi pour l’incendie du hangar agricole de l’ancien employeur.



Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button