«Tu vas la fermer !» : pagaille jeudi soir à l’Assemblée autour de la réintégration des soignants non-vaccinés

Le ton était (encore) haussé à l’Assemblée nationale ce jeudi après-midi et l’élu de la Guadeloupe Olivier Serva (Liberté, Indépendants, Etrangers et Régionaux) a provoqué un tollé dans l’hémicycle. Lorsque les députés ont débattu du projet de loi LFI qui prévoit la réinsertion des soignants non vaccinés contre le Covid-19, Olivier Serva, qui a quitté la majorité lors des dernières législatives – parce qu’il était en colère contre la vaccination obligatoire – a pris la parole pour une indiquer. d’ordre.

“Vous utilisez des petits subterfuges, comme vos idéaux, vous salissez la démocratie de votre base, vous êtes minoritaires, acceptez-le”, a-t-il lancé aux députés de la majorité, accusés d’apporter de nombreux amendements pour réduire le débat. Lorsqu’il a essayé de parler et qu’il a été interrompu par un autre élu, il n’a pas pu s’empêcher de se fâcher et a dit : “Tu vas te taire !”, pointant du doigt l’un de ses collègues.

Lire Aussi :  immigration, retraites, avenir du parti… Ce qu’il faut retenir du débat entre Eric Ciotti, Bruno Retailleau et Aurélien Pradié

Sa sortie provoque une émeute au Palais-Bourbon. Et la présidente de séance, Naïma Moutchou (députée Horizons et parente du Val-d’Oise), de répondre du tac au tac : « Non, ce n’est pas possible. Monsieur Serva, c’est de l’invective. Chers amis, on ne peut pas venir aux invectives de cette manière”. “La séance a été ajournée pour cinq minutes”, a-t-il ensuite annoncé.

La majorité a été accusée d’écourter le débat avec de “faux” amendements.

Après la suspension de l’audience, le vice-président a appelé au calme et appelé à mettre fin à la “provocation”. “Il se fait tard, et mon humeur monte, mais je ne veux plus entendre ce que j’ai entendu il y a quelques minutes”, a-t-elle prévenu.

Lire Aussi :  Jordan Bardella exprime sa "reconnaissance" envers Marine Le Pen, lors de son premier discours de président du RN

Après quelques interventions tendues qui ont provoqué des “obstacles” au débat, c’est Olivier Véran qui a pris la parole. “Je suis choqué par le niveau de tension que je n’ai jamais vu en douze ans de Parlement”, a déclaré un porte-parole du gouvernement et ancien ministre des Solidarités et de la Santé.

Dans les huées en plus d’une ambiance électrique, le débat a de nouveau été suspendu pendant dix minutes avant de se poursuivre dans l’ambiance “cirque”, selon le vice-président. Jusqu’à minuit, le débat n’a pas pu avoir lieu car les discours avaient été interrompus. Les élus ont décidé de quitter la salle avant la clôture de la séance à 23h57.

Lire Aussi :  Lithium : France, Portugal, Serbie… où sont les plus grands gisements en Europe ?

Le projet de loi discuté ce soir prévoit que “les personnels récupérés pourront s’exercer au respect de la présentation quotidienne du bon test de dépistage Covid-19 négatif”. Le gouvernement s’y est opposé et les représentants de LFI ont accusé la majorité d’avoir déposé de nombreux “faux” amendements pour accélérer l’examen du texte et prolonger la séance tard dans la nuit.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button