Twitter, Meta, Lyft… pluie de licenciements dans la tech américaine

La bulle créée par la pandémie de Covid-19 se dégonfle progressivement. Alors que les entreprises technologiques ont connu une ascension fulgurante à l’annonce de la crise sanitaire, beaucoup réduisent leurs espoirs alors que l’économie mondiale continue de s’améliorer.

Meta, la société mère d’Instagram et de Facebook, devrait annoncer mercredi son premier plan social. le journal Wall Street Lundi 7 novembre. Selon l’Economic Daily, plusieurs milliers de travailleurs dans le monde seront touchés par cette vague de licenciements.

Vague de suppression d’enregistrements

“Nous sommes confrontés à un environnement macroéconomique instable, à une concurrence accrue, à des problèmes de ciblage publicitaire et à des coûts accrus pour nos investissements à long terme, mais je dois dire que nos produits sont plus beaux que certaines critiques. Cela suggère”. Mark Zuckerberg a tenté de tempérer la colère lors de la publication des résultats décevants fin octobre.

Lire Aussi :  Livre : un brillant ouvrage d'économie, signé Alexis Rostand

L’entreprise californienne n’est pas la seule à faire face à d’importants problèmes financiers. Jeudi 3 novembre, la plateforme VTC Lyft a annoncé le licenciement de 683 salariés, soit 13 % de ses effectifs. Le même jour, Stripe, une entreprise spécialisée dans le traitement des paiements en ligne, a licencié environ 1 000 employés pour équilibrer ses comptes.

Lire Aussi :  Mostafa Terrab, les engrais au service de la diplomatie marocaine

Vendredi, la moitié des 7 500 employés de Twitter ont été brutalement licenciés via un simple e-mail et leur accès aux outils internes de l’entreprise a été interrompu. “Malheureusement (il y a) Il n’y a pas d’autre choix lorsque l’entreprise perd plus de quatre millions de dollars par jour. Justifiant le milliardaire Elon Musk, qui a racheté le réseau social fin octobre.

Gel des embauches

C’est la première fois que le secteur fait face à une telle sortie forcée. Dans l’ensemble, des dizaines d’entreprises en Europe et aux États-Unis, des startups de la technologie financière aux réseaux sociaux multinationaux, ont remercié leurs centaines, voire leurs milliers d’employés.

Lire Aussi :  Effondrement total de l’économie d’Haïti en moins de trois mois, constate l’économiste Patrick Alexis

Et lorsqu’ils ne quittent pas leur emploi, l’embauche de géants de la technologie se fige. C’est ce qu’a décidé le spécialiste du e-commerce Amazon, qui a suspendu toute embauche à son siège pour compenser les résultats décevants. L’entreprise clarifie les conditions économiques “extraordinaire” Pour justifier une telle action. L’entreprise a été imitée par Apple, qui laisse cependant son département de recherche et développement ouvert au recrutement.

Source

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Articles Liés

Back to top button